Il y a un petit peu moins d’un mois, le temps d’un après-midi, Paris était envahis par les zombies à l’occasion de la Zombie Walk. Pour les fans du genre, c’est l’occasion de se maquiller en morts-vivants et déambuler dans les rues. Les photographes comme moi ont alors l’occasion d’immortaliser de très belles créations. Mais contrairement à du Cosplay plus généraliste, la Zombie Walk a un thème qui ne plait pas à tout le monde. Blessures, sang qui dégouline, corps décharnés et tripes à l’air… Il faut admettre que c’est assez répugnant. Pour le plus grand plaisir des fans du genre.

Creepy nurse, une infirmière qui peut être sortie de Silent Hill lors de la Zombie Walk 2015. La demoiselle m'a commentée elle même cette photo sur place comme "C'est dégeu" :) (D.Stankovski)

Creepy nurse, une infirmière qui peut être sortie de Silent Hill lors de la Zombie Walk 2015. La demoiselle m’a commentée elle même cette photo sur place comme « C’est dégeu » 🙂 (D.Stankovski)

Vient alors une polémique : est-ce que la Zombie Walk est une manifestation où on devrait aller avec des enfants ? J’avais déjà abordé ce sujet car justement, l’année dernière, il y avait quelques rares enfants. Mais cette année, j’ai eu l’impression d’en voir beaucoup plus.

Pourquoi je vous en parle aujourd’hui ? Simplement parce que demain, c’est Halloween. Et en quoi les enfants se déguisent-ils pour Halloween ?

Un thème qui dérange

Creepy kid errant sur la place de la République pendant la Zombie Walk Paris 2014 (D.Stankovski)

Creepy kid pendant la Zombie Walk Paris 2014 (D.Stankovski)

L’année dernière, la petite fille en robe de chambre et son nounours inspirée des victimes de la série Walking Dead a attiré l’attention. Elle et son frère ont bien joué leur personnages, errant en titubant sur la Place de la République, poussant quelques grognements de temps en temps. Les parents également grimés de cicatrices étaient à quelques pas laissant la vedette aux petits. Il faut dire que représenter des enfants victimes de zombification a toujours eu son impact. Je vous propose pour vous en convaincre de revoir le premier épisode de la série Z Nation ou l’épisode Durlieu (Hardhome) de la cinquième saison de Game of Thrones.

L’idée d’un enfant zombifié nous met mal à l’aise. En tant qu’adultes, et parents en particulier, nous savons ce que cela représente et l’idée de la mort d’un enfant est insupportable. Je comprends donc que certains n’acceptent pas que l’on puisse jouer de ça. Le papa de cette petite fille avait témoigné de la conséquence de leur participation à la Zombie Walk en commentaire de mon article sur les enfants jouant aux zombies.

Et Halloween approche

Pourtant donc, Halloween approche. Cette fête ne fait pas partie de nos traditions (sauf peut être pour vous lecteurs canadiens). Malgré tout, les décorations sur le thème des sorcières, araignées et vampires fleurissent un peu partout. Peut être que dans vote quartier, une chasse aux bonbons sera organisée. Si samedi soir on vient sonner à votre porte et que vous découvrez une bande de gamin déguisés en fantôme, Frankenstein et vampire, je suis persuadé que vous allez trouver ça mignon.

Une Sorcière et un squelette qui ont aussi bien leur place à la Zombie Walk que le soir d'Halloween (D.Stankovski)

Une Sorcière et un squelette qui ont aussi bien leur place à la Zombie Walk que le soir d’Halloween (D.Stankovski)

Et pourtant, ils jouent également le rôle d’enfants (plus ou moins) morts.

Attention, zombies (D.Stankovski)

Attention, zombies (D.Stankovski)

Certes, pour Halloween, les déguisements seront certainement plus grotesques que ce que nous avons pu voir à la Zombie Walk. Cela donne un aspect moins sérieux de ce qu’ils représentent et ils sont donc mieux acceptés.

Il faut donc que nous, adultes, acceptions que les enfants n’ont pas la même interprétation que nous de notre imaginaire. Notre vision des zombies, goules et morts vivants, nous nous la sommes construite aussi bien en ayant le recule adulte qu’en étant abreuvé de films et séries comme Zombie (de Romero), The Walking Dead ou de jeux glauques comme Resident Evil. Pour nous, il s’agit ici de créature des cauchemard qui sont bien loin d’un Hôtel Transylvanie avec ses goules maladroites et amusantes ou d’un Casper, le gentil fantôme.

Un thème de cosplay commun

Alice et le Chapelier in ZombieLand à la Zombie Walk Paris 2015 (D.Stankovski)

Alice et le Chapelier in ZombieLand à la Zombie Walk Paris 2015 (D.Stankovski)

Cette famille qui était venue sur le thème de Walking Dead l’année dernière est revenue cette année à la Zombie Walk et les enfants étaient toujours aussi enthousiastes. Il faut dire que comme beaucoup d’autres participants, la confection du costume et le jeu (le Cosplay) font parti du fun. Cette année, leur thème était Alice in WonderZombieLand. Alice pour la petite, le Chapelier Fou pour le grand frère, la Reine de Cœur pour la maman et je ne sais plus pour le papa (désolé 🙂 )…

Sur la photo, vous pouvez voir le travail réalisé pour les costumes. Ils n’ont rien à envier à la participante du concours de cosplay sur le thème Alice: Madness Returns que j’avais photographié à Puteaux.

Alors que nous reprochons à Halloween d’être une fête commerciale axée sur la surconsommation de friandises, je serai tenté de dire que ceux qui sont venus à la Zombie Walk ont au moins fait preuve de créativité inspirée de jeux vidéos ou détournant des histoires plus sages. Nos amis outre-atlantique mettent justement autant d’effort dans la confection de costumes originaux que dans l’occlusion de leurs artères.

Ce n'est pas parce qu'on dort encore avec son nounours qu'on va se laisser impressionner par un mort qui ne veut pas mourrir... (D.Stankovski)

Ce n’est pas parce qu’on dort encore avec son nounours qu’on va se laisser impressionner par un mort qui ne veut pas mourrir… (D.Stankovski)

Les enfants aux milieu des Z

Mais plutôt de se demander si la Zombie Walk est une manifestation où on peut emmener les enfants, une question plus pertinente est aussi comment les Z se comportent avec les enfants ? Après tout, le jeu sur consiste sur place à pousser des grognements et rugir d’un air menaçant.

À dos de papa vampire, même pas peur d'un Slenderman et d'un démineur zombie (D.Stankovski)

À dos de papa vampire, même pas peur d’un Slenderman et d’un démineur zombie (D.Stankovski)

Comme je vous l’ai dit, les enfants qui y viennent le sont accompagnés. Et les parents se comportent là bas comme partout ailleurs et ne laisseront évidemment jamais leurs enfants se faire terroriser.

Mais plus généralement, ceux qui interagissent avec les enfants se prêtent au jeu. Après tout, quand ces petits sont capables d’enchainer des rôdeurs ou de chevaucher des vampires, ne vaut-il pas mieux rester à l’écart ?

Demain soir, c’est Halloween. Peut être que dans votre voisinages, des enfants se déguiseront. Vous jouerez certainement à avoir peur de ces petits monstres. Vous jouerez d’une certaine manière avec les peurs de ces monstres et créatures venu des ténèbres et démystifierez leur image inquiétante. Finalement, c’est le même jeu que proposent à leurs enfants ceux qui les emmènent à la Zombie Walk. La différence avec demain soir, c’est que petits et grands partageaient le même jeu consistant à se faire peur.

Quand Alice chez les Zombies se fait plus d'amis que chez la Reine de Cœur... (D.Stankovski)

Quand Alice chez les Zombies se fait plus d’amis que chez la Reine de Cœur… (D.Stankovski)

Alors, prêts pour Halloween ?

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.