Je suis Papa a proposé la semaine dernière un article sur la sécurisation et le partage de photos de famille. Par sécurisation, il faut comprendre comment éviter de les perdre. L’article propose spécifiquement un service Cloud. Mais face à ce mot Cloud, il y a toujours un peu de méfiance. Je vous propose ici un petit tour d’horizon des différentes solutions existantes pour éviter de perdre vos photos. Ce sujet est déjà un peu long, donc pour la diffusion, on verra peut-être dans un autre article.

Il n’y a pas vraiment de meilleur solution, le choix se fait en fonction de ce qui est à la portée de chacun que ce soit en compétence, temps ou financièrement.

Qu’est ce qu’une photo numérique et comment peut-on la perdre ?

Une photo numérique n’est rien d’autre qu’un fichier informatique créé lors de la prise de vue sur la carte mémoire de votre appareil puis transféré sur votre ordinateur. Une photo numérique n’est donc rien d’autre qu’un fichier sur le disque dur de votre ordinateur au même titre que votre CV ou la sauvegarde de votre jeu favori. Elle est donc soumise aux même risques qu’un autre fichier à savoir :

  • Vous pouvez la supprimer par erreur
  • Un logiciel tiers peut la détruire ou la supprimer
  • Votre support (le disque dur) peut se détériorer et être illisible

Bien qu’un document numérique ne se dégrade pas, il y a beaucoup de risques de le perdre.

Principe pour sécuriser un document numérique

Il n’y a qu’un principe pour ne pas perdre de document numérique : la duplication. D’une part, ce n’est qu’en ayant une copie que vous pourrez retrouver un document effacé par erreur. D’autre part, il n’existe aucun support fiable à 100%. Disquettes, bandes, CD, DVD, disque dur, tous peuvent devenir illisible et ce jour là, vous avez perdu tout le contenu. La duplication permet de prévenir la perte des données. Il y a 3 choses importantes à garder à l’esprit lorsqu’on fait une duplication de fichier pour que ça serve réellement à quelque chose.

Il faut dupliquer sur des supports physiques différents. Si votre disque dur a deux partitions, copier de l’une à l’autre vous protégera de l’effacement accidentel mais pas de la perte du disque. N’oubliez pas que si votre système indique plusieurs disques (C, D, E… pour les utilisateurs Windows) il ne s’agit pas forcément de disques physiques différents.

La notion de support différent veut aussi dire indépendants. Si par exemple votre ordinateur subit une surtension, il est possible que des composants soient détruits, donc vos deux disques dur.

La duplication en soi ne suffit pas, il faut vérifier de temps en temps l’état de votre copie. Il n’y a rien de plus frustrant que de se rendre compte, lorsque vous devez récupérer vos documents de la copie de sauvegarde que celle-ci est illisible…

La règle de base pour sécuriser vos photos est donc d’avoir en permanence deux copies sur deux supports différents et de les vérifier régulièrement.

Quelles pratiques pour sécuriser ses photos ?

S’organiser soi même

La plus simple est certainement d’utiliser des disques dur externes. C’est une solution simple à cout maitrisé. On peut actuellement partir sur la base de 70€ pour un Western Digital My Passport de 1 To. En contrepartie, c’est à vous de gérer vos sauvegardes et à vérifier qu’elles sont en bon état. Pour vous simplifier la partie gestion, vous pouvez utiliser des logiciels dédiés.

Time MachineSi vous êtes équipé d’un Mac, vous disposez de Time Machine qui se configure en 3 clicks. Time Machine a l’avantage de gérer les sauvegardes de manière incrémentale, c’est à dire un espèce d’historique dans lequel il sera possible de retrouver un fichier effacé par mégarde.

Les utilisateurs de Linux ont quand à eux un bon nombre d’outils à disposition. Mais la configuration est en générale moins accessible car beaucoup de ces outils sont plus efficaces en ligne de commande.

Pour les utilisateurs Windows… Je ne sais pas ce qui est aujourd’hui le plus fiable 🙂

Pour palier à la défaillance du disque externe, le plus facile est d’avoir plusieurs disques de sauvegardes. Mais ceci complique la gestion et augmente le risque de fausse manipulation. Il faudra alors être bien rigoureux pour vous y retrouver. Une solution existe pour vous aider, il s’agit des NAS.

Un NAS Synology à deux disques.

Un NAS Synology à deux disques.

NAS est l’acronyme de Network Access Storage, soit stockage en réseau. C’est comme un disque dur externe sauf qu’au lieu de le brancher en USB sur votre machine, vous le connectez à votre box ou votre routeur par un  câble réseau. En réseau, plusieurs utilisateurs peuvent y accéder en même temps. Ça, c’est pour l’accessibilité, mais il ont un avantage pour la sécurisation via ce terme barbare qu’on appelle du RAID. Le RAID consiste à répartir les données sur plusieurs disques pour améliorer les performances et la tolérance aux pannes. Si un des disques vient à lâcher, vous pourrez le remplacer et retrouverez vos données.

L’utilisation d’un NAS est plus sécuritaire, mais il n’empêche pas de faire une copie de sauvegarde car si le risque de défaillance est réduit, il n’est pas nul. L’usage est tout de même simplifié car au lieu de jongler avec 2 copies de sauvegarde, vous pouvez considérer le NAS comme suffisamment fiable (vu qu’il peut tolérer la panne d’un disque) pour ne vous contenter de ne faire qu’une sauvegarde de celle-ci. Car oui, je le répète : un NAS est un outil de disponibilité avec une bonne tolérance aux pannes, il n’est pas infaillible. Il faut donc toujours faire une copie de sauvegarde de son NAS.

Le défaut de cette solution est le cout. L’entrée de gamme chez Synology est à 144€ et il faudra rajouter le prix de deux disques dur (comptez deux fois 80 € pour des Western Digital Green de 2 To ce qui vous permettra de disposer de 2 To sur le NAS). Sachez tout de même que pour le prix, un NAS vous propose d’autres services, vous pourrez ainsi par exemple y héberger votre une galerie privée et avoir toute la main dessus de manière assez simple. Pour plus de détails, il faudrait que j’y dédie un autre billet.

Déléguer à un service externe

C’est là où j’aborde la solution proposée par Je Suis Papa. Il s’agit donc de faire appel à un prestataire spécialisé. Aujourd’hui, ce type de service est associé au terme Cloud qui pour le grand publique signifie simplement « un truc sur Internet ». Parler d’un service Cloud signifie que vous avez peu à vous soucier de la quantité de ressources dont vous avez besoin, il vous suffit de lui signaler et le fournisseur de service s’adaptera à votre besoin. Et facturera en conséquence…

Choisir le bon service est un peu la jungle car c’est sur les offres qu’ils se différencient (simple stockage, stockage + galerie…). Je vais rester ici cantonné au service de stockage à la Google Drive ou Dropbox.

Ces services généralistes proposent un volume de base gratuit ainsi qu’une fonction de partage de base puisqu’ils sont aussi destinés à la gestion de documents dans le cadre d’entreprises. Il en demeure deux préoccupations : vos données sont elles en sécurité et qu’en est il de la confidentialité ?

En ce qui concerne la sécurité, nous partons ici de prestataires dont c’est le métier. La qualité du service est la base même de leur offre. En conséquence, vos données sont certainement plus en sécurité chez eux que chez vous. Attention tout de même, une fiabilité de 100% n’existant pas, il y a toujours une possibilité de perte. Regardez bien les conditions, il y a toujours une clause à ce sujet.

La question de la confidentialité est beaucoup plus complexe. On entend par confidentialité que nos documents ne soient pas accédés par d’autres que nous ou ceux à qui nous avons donné l’autorisation. Si les services de stockage pur s’engagent à ne pas partager vos données, il est possible qu’elles soient scannées. Google (Google Drive) et Microsoft (Microsoft OneDrive) le font. Sur le principe, considérez que vos documents seront toujours consultés par les robots (des logiciels vérifiant le contenu) du fournisseur du service. Ayez aussi à l’esprit que ces services sont aussi tenus de donner accès à ce qu’ils stockent aux autorités si celles-ci en font la demande.

Est-ce que le service s’approprie d’autres droits ? Dans le cas des services de stockage pur, non car il s’agit justement du principe de l’offre. Le cas des services permettant un partage est beaucoup plus complexe car il existera souvent des clause de cession de droits de diffusion, nécessaires pour que le service puisse diffuser à d’autres que vous le contenu que vous avez partagé.

Ainsi, considérez toujours un service Cloud comme étant plus fiable que vous (mais pas infaillible), mais que votre contenu pourra être consulté par d’autres ne serait-ce que pour des raisons légales.

Le Cloud, vous l’utilisez peut être déjà sans le savoir…

Vous utilisez un iPhone ou un appareil sous Android ? Si oui, Apple vous a demandé si vous souhaitiez utiliser le Flux Photo ou Google vous a proposé d’utiliser la Sauvegarde Automatique. Ces fonctions chargent automatiquement vos photos sur les serveurs d’Apple (iCloud) ou de Google (sur Google+/Picasa) et vous proposent finalement un backup automatique.

Ainsi, pour sécuriser vos photos de famille, vous avez plusieurs solutions allant de tout gérer vous même à faire appel à ceux qui savent. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. Il n’y a pas réellement de meilleur que d’autres, juste certaines qui vous sont plus adaptés.

Et pour finir, un Dad 3.0, il fait comment ?

Bah oui, il vous présente des trucs, mais qu’est-ce qu’il y connait Rick Hunter ? Dans les grandes lignes, un Dad 3.0 est sur du Mac qui a une sauvegarde régulière via Time Machine. Il a aussi du Linux dont la sauvegarde est réalisée par un archivage incrémental qui est recopié sur un NAS. Enfin, ses photos sont sur un NAS et ce répertoire est backupé sur un disque externe par une tâche planifiée. Un Dad 3.0 fait aussi appel au service Cloud pour son activité professionnelle, mais il admet ne pas s’y être trop intéressé pour ses documents personnels.

Et vous, vous souciez vous de en pas perdre les photos de vos enfants ?

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.