Cela fait un petit moment que je n’avais plus publié d’articles sur les jeux de société. Il y a quelques jours, à la demande de l’organisateur, Mulberry, je suis allé faire des photos d’un scénario particulier du jeu Heroes of Normandie. Cela faisait un moment qu’il essayait de me convaincre de me mettre à ce jeu et je dois avouer qu’avec cet évènement… J’ai craqué.

Alors avant de vous présenter ce scénario particulier qui reconstitue le débarquement à Dieppe, je vais vous proposer une présentation du jeu Heroes of Normandie qui a fini par me séduire moi en tant que joueur, mais aussi en tant que Dad.

Birth of Heroes

Heroes of Normandie est un jeu édité par Devil Pig Games depuis 2013. Le lancement a été financé par une campagne Kickstarter assez efficace puisqu’ils ont levé 150 476 £ sur les 30 000 demandés avec un peu moins de 1000 contributeurs. Le jeu a vu plusieurs extensions dont d’autres Kickstarters. Ainsi, Shadows over Normandie (une version Chtulhu like) verra 1600 contributeurs tout comme Heroes of Stalingrad (le front de l’est) proposé ce printemps.

Une brique de carton

Oh oui, la boite de base pèse une bonne brique… Et pour cause, dans la boite, on trouve 6 plaques de terrain, 6 plaques de pions, des dés, des marqueurs d’ordres, 2 paquets de 76 cartes et 2 livrets.

Le contenu de la boite de base Heroes of Normandie (Devil Pig)

Le matériel est de bonne qualité ainsi que la découpe des pions. Tout est prêt à l’emploi et on peut immédiatement tester les règles avec le premier scénario.

Si j’ai deux critique à faire, la première sera au niveau des dés. Ils ont certes un designer du contexte (étoiles ou croix de fer), mais sont mal équilibrés. Mes dés allemands favorisant les 6, on les a vite abandonné pour des dés classiques. La seconde concerne le rangement : la boite de base n’a malheureusement aucun compartiment ou sachet ce qui fait que le matériel ne peut être qu’entassé. Ce défaut a été corrigé avec Shadow over Normandie mais.

Once there was heroes

Heroes of Normandie, vous vous en doutez, prend place lors de la Bataille de Normandie et voit s’affronter (dans la boite de base) des unités américaines et allemandes.

Le jeu est donc composé de plaques de terrain, pions et marqueurs de bonne taille. L’échelle est l’infanterie. Ainsi, les pions vont représenter en général un groupe de soldats ou un véhicules. Certains pions ne représenteront qu’un seul personnage (les officiers, mais aussi… les héros).

Le théâtre des affrontements sera les bocages normands. Cependant, des extensions permettent de recréer le débarquement (D-Day), la boucherie à Sainte-Mère-Église, la prise du Pont Pégasus et bien d’autre encore.

Heroes of Normandie est un jeu dont l’univers devrait être sérieux. Si le jeu respecte assez bien le contexte historique, il le prend sous l’angle plus léger et décalé du cinéma hollywoodien. Ce soldat américain en couverture ressemble fortement à Clint Eastwood, non ? Et bien oui, c’est bien un héros qui s’appelle Clint. Et dans ce jeu, vous pourrez offrir de l’or pour les braves. Les auteurs ne cachent pas leur inspiration. Dans la boite de base, vous y trouverez aussi Oddball et Otto (avec un Panzer IV 😮 ). Une petite extension (exclusive du Kickstarter mais que vous pouvez obtenir via la boutique) vous permet de recréer fidèlement le film. avec toute la fine équipe, le Tigre d’Otto et même les munitions de peinture de Oddball.

Un des deux punchboards Kelly’s Heroes (Devil Pig)

Inutile de vous dire que ce coté plus léger est une caractéristique du jeu qui m’a permis de le mettre dans les mains du Kid.

Des règles en toute simplicité

On peut redouter que les règles d’un jeu de stratégie soient complexes. En fait, les règles en elle même sont assez simples.

Le jeu est décomposé en tours de jeu eux même décomposés en 3 phases :

  • Une phase d’ordre pendant laquelle on place les ordres. L’originalité est le nombre limité d’ordres par rapport au nombre d’unités. Et le fait que par *ordre*, c’est bien l’ordre dans lequel les unités (ayant un ordre) seront activées.
  • Une phase d’activation où les unités peuvent se déplacer ou attaquer.
  • Une phase de réserve où toutes les unités restantes peuvent se déplacer. Puis, on fait le ménage avant le tour suivant.

Une colonne de Chars à Dieppe (D. Stankovski)

Pour les attaques, le calcul est simple : le résultat du dé est additionné aux bonus d’attaque, les bonus de défense sont retranchés et le résultat doit dépasser un seuil de défense.

Pour savoir quel bonus/malus appliquer, pas besoin de s’avaler un compendium, tout est indiqué sur les pions et le terrain. Bien entendu, les unités ont des compétences représentées par des pictogrammes. Et là évidemment, lors des premières parties, il faudra avoir son livre de règles à coté de soi. C’est le défaut de trop simplifier, mais ce n’est pas si gênant.

Un dernier détail : si ces règles permettent de mettre en place une bonne stratégie, un petit chaos sera entretenu à l’aide de cartes. Celles-ci vont pouvoir de manière inattendu modifier le déroulement du jeu. C’est idéal pour le Kid.

Historique et ludique

Historique et ludique sont les deux caractéristiques qui m’ont attiré dans ce jeu. Nous n’avons fait que deux parties de Heroes of Normandie avec le Kid et il a bien accroché. Bien entendu, principalement pour le coté décalé. Les scénarios sont de toutes façon dans ce sens et maintenant que le mécanisme est compris, le Kid veut sauver Rex. Il a aussi commencé sérieusement à s’intéresser au contenu, à commenter certaines caractéristiques. On commence à rire des références et De l’or pour les braves est prévu pour un soir prochain.

En parallèle, l’aspect historique nous a permis d’aborder cette période. Certes, en parlant des lieux et des grands évènements. Mais Devil Pig Games ne rend pas juste hommage aux héros de cinéma. Des extensions mettent à l’honneur les Commandos Kieffer, ceux de Lord Lovat ou tout simplement, des civils et les FFI. Certes dans un premier temps, on reviendra via le cinéma et le Jour le plus long sur ce sujet avant qu’il ne les aborde l’année prochaine à l’école.

Vous l’avez compris, une belle découverte ludique, mais pas que.

Pour quelques infos de plus…

J’ai publié cet article le jour d’ouverture du festival Paris est Ludique où j’ai pu discuter un peu avec Clem sur le stand Devil Pig. Les quelques petites infos sont la publication prochaine d’une V2 qui sera en soi le livre de règles de Heroes of Stalingrad. N’ayez à priori pas d’inquiétude pour vos pions.

Un tournois est prévu pour septembre 2018 lors de l’OPJH (Open de Paris de Jeux Historiques). Certainement quelque chose à essayer.

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.