Dad 3.0

C'est un papa du futur avec son appareil photo

Vers la fin des jeux vidéo avec figurines ?

Hier, Disney a annoncé arrêter son activité de développement de jeux vidéo. La conséquence est l’arrêt du jeu grand public Disney Infinity. Malgré le succès de ce jeu, il ne serait pas assez rentable pour Disney avec donc la conséquence de son arrêt.

Avec Disney Infinity, Disney permettait de jouer dans tous les univers de la gamme.

Avec Disney Infinity, Disney permettait de jouer dans tous les univers de la gamme.

Disney n’est pas le seul à s’être lancé sur ce type de jeu dont la porte a été ouverte par Skylanders. Récemment, LEGO s’est également lancé sur ce créneau avec la série LEGO Dimensions. Mais leur avenir aussi est incertain.

Les jeux Toy-to-life

Eye of the Judgment est un nouveau jeu de cartes à collectionner où les combats sont résolus par la PS 3 (D.Stankovski)

Eye of the Judgment est un nouveau jeu de cartes à collectionner où les combats sont résolus par la PS 3 (D.Stankovski)

En 2011, Activision ravive dans le marché du jeu vidéo le concept du Toy-to-life avec le jeu Skylanders. Le principe est d’utiliser des vrai figurines (ou plus généralement d’objets) pour interagir avec le jeu vidéo.

Le premier jeu a réellement tirer parti de ce concept était The Eye of Judgment sur PS3 qui était présenté au Salon du Jeu en 2007. Skylanders est un succès qui a dépassé les 3 milliards de dollars en février 2015.

Disney Infinity

En 2013, Disney se lance sur ce marché avec la série Disney Infinity basé sur ses propres licences. D’un concept similaire à Slylanders, les joueurs peuvent acheter leur personnage préféré issu non seulement de l’univers Disney, mais également de toutes leurs licences et en particulier Marvel et Star Wars. La version 3.0 met justement en avant la licence Star Wars.

Avec Disney Infinity, vous pouvez jouer les Super Héros Marvel.

Avec Disney Infinity, vous pouvez jouer les Super Héros Marvel.

Bien entendu, le concept a pour but de vous inciter à acheter la collection des figurines. En soi, bien qu’assez belles si on accroche au design, ces figurines n’apportent rien directement au jeu. Ni le jeu à la figurine. Dans l’industrie du jeu vidéo, pour ajouter du contenu, l’éditeur vous proposerait des extensions. Disney Infinity s’adressant au grand public et en particulier les enfants, il serait facile pour les parents, avec le concept de simples extensions, de refuser un achat. Avec des figurines exposées dans tous les magasins de jouets, l’incitation via l’enfant est beaucoup plus efficace. Et avec un prix allant de 8 à 15 € la figurine (donc un personnage en jeu), c’est une manière très rentable pour vendre des extensions.

Un exemple de figurines Disney Infinity issu des divers univers.

Un exemple de figurines Disney Infinity issu des divers univers.

Disney Infinity, qui était prévu pour être une plate-forme en place pour des années, voir des décennies. Disney avec son habitude a su bien placer son produit sur les différents canaux, faisant appel aux blogueurs parentaux influents comme Papacube. Tout ceci montre l’espoir dans ce concept. Mais pour Disney, la rentabilité n’est finalement pas celle qui était attendue et au lieu de décennies, la plate forme n’aura durée que 3 ans. D’après le blog de la filiale Disney Interactive, les deux extensions prévues seront bien publiées avant l’arrêt de l’exploitation du jeu.

D’après The Wrap, il ne s’agit pas uniquement de rentabilité, mais également de risque en tant qu’éditeur de jeux vidéos. Disney souhaite donc se séparer de cette activité, ce qui signifie que les prochains jeux mettant en scène les univers Disney seront sous licence. En conséquence, l’avenir de Disney Interactive, la filiale jeux vidéos dont l’activité était actuellement focalisée sur Disney Infinity, parait incertain.

LEGO, le dernier arrivé

Récemment, c’est LEGO qui s’est essayé au concept Toy-to-life avec LEGO Dimensions. Eux partent avec un léger avantage puisque les jouets qui apportent un bonus en jeu sont du LEGO. Tout comme Disney Infinity, ils ne servent à rien en jeu même si vous êtes invités à construire les objets de différentes manières. La seule chose dont vous avez besoin, c’est la base, peu importe ce qu’il y a dessus.

LEGO Dimensions, le Starter Pack pour la PS4.

LEGO Dimensions, le Starter Pack pour la PS4.

Cependant, les extensions vont intéresser les collectionneurs LEGO même si ceux-ci ne sont pas joueurs de jeux vidéo. Si les boites d’extension sont plus cher qu’une boite standard pour son contenu, elles restent intéressantes. Je vous ai d’ailleurs incité dans l’article sur le quartier général des Ghostbusters de préférer le Fun Pack Slimer si vous voulez ce personnage plutôt que la grosse boite à 300 €…

Mais différents signes montrent que cette gamme ne doit pas non plus avoir l’accueil attendu… Et ça commence par le prix de vente. Certes, les pack de démarrage étaient parmi les plus élevés du marché à 100€. Aujourd’hui, il n’est pas rare de les voir avec une promotion importante. Pour l’instant, LEGO n’a fait aucune annonce et les extensions programmées sont bien là. Nous verrons pour combien de temps.

Mais LEGO Dimensions n’est pas le seul jeu Toys-to-life de LEGO. De manière plus discrète, ils se sont lancé sur le créneau de la mobilité avec la gamme Nexo Knights. En effet, en même temps que cette gamme, ils ont publié le jeu (gratuit) LEGO NEXO KNIGHTS™ : MERLOK 2.0 pour iPhone/iPad et Android. Ce que vont vous apporter les jouets, ce sont des pouvoirs Nexo en jeu. Ces pouvoirs sont répartis dans toutes les boites de la gamme, il s’agit des boucliers. Ceux-ci sont en effet un code-barre qui déverrouillent le pouvoir en jeu après les avoir scanné. Vous remarquerez en effet que les images des boucliers n’ont pas le même bord que les vrai boucliers…

Le pouvoir Nexo Dragon de tempête sur le Mecha du Roi (D.Stankovski)

Le pouvoir Nexo Dragon de tempête sur le Mecha du Roi (D.Stankovski)

J’ignore si cette stratégie va être plus efficace et rentable (sachant qu’en soi, elle est facilement contournable), mais elle me semble bien adapté à un acteur comme LEGO qui est avant tout un fabricant de jouets. L’enjeu est différent et le concept peut survivre plus longtemps vu que le but est avant tout de vendre du jouet.

Disney a donc abandonné Disney Infinity et plus généralement s’est retiré du marché de l’édition du jeu sur consoles pour s’orienter vers un modèle où ils concèdent des licences. Disney n’a pas trouvé la rentabilité attendue, mais ça ne signifie pas que ce type de jeu est appelé à disparaitre et Skylander le démontre. Tout est question de savoir si ce type de jeu est adapté au marché de l’éditeur.

Est-ce que vous jouez à Disney infinity, Slykander ou LEGO Dimensions ? Les figurines vous incitaient-elles à l’achat ?

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.

Précédent

Exposition LEGO à Mennecy (2016)

Suivant

Google I/O 2016 : Firebase se positionne comme la relève la plus complète de Parse

  1. Mon fils (8 ans) a commencé avec le Skylanders 3 (Trap Team de tête).
    Depuis, il les a tous (les jeux) et un gros paquets de figurines, la plupart achetées en soldes ou occasion (Cash Converters and co).
    Oui, ça revient cher donc il faut faire attention.
    Après, les jeux sont sympathiques, ça fait un cadeau en moins à trouver :D, les nouveaux jeux sont compatibles avec les anciennes figurines, etc.
    Le concept est bien trouvé pour contrer le piratage car il faut (pas toujours) la base vendues avec le jeu pour y jouer.
    Ainsi la base des 1 et 2 ne passent pas sur le 3.
    Et enfin, les bases et figurines sont compatibles entre les différentes consoles de salon (pas portables ou tablettes) : je suis passé d’une PS3 + Wii à PS4 + Wii U et je n’ai pas racheté tout en neuf.
    Pour ce qui est de Disney, l’arrêt des jeux vidéo est plutôt… un crève-coeur, car ils ont toutes les licences (nostalgiques) de LucasArts, faudra voir le devenir.

    • Attention : Disney arrête son activité d’éditeur de jeu, mais pas les jeux vidéo. Les futur jeux seront sous licence Disney mais développés par des studios indépendants. L’arrêt d’Infinity est certainement un cas particulier où Disney n’a pas trouvé la rentabilité attendue. Donc je pense qu’il u a pas d’inquiétude sur les licences Star Wars de LucasArts. Bon, espérer une séquelle de Monkey Island ou de Day of Tentacle, c’est autre chose 🙂

      • Je crois que Ron Gilbert a redemandé officiellement les droits à Disney pour ses titres.
        Let’s dream 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

En naviguant sur Dad 3.0, vous acceptez l’utilisation de cookies pour une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Plus d'informations

Le blog Dad 3.0 utilise les cookies pour vous permettre une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visite. Dad 3.0 affichant des publicités, celles-si utilisent également des cookies pour un ciblage publicitaire. En continuant la navigation sur Dad 3.0, vous acceptez le dépôt et la lecture de cookies.

Fermer