Dad 3.0

C'est un papa du futur avec son appareil photo

Catégorie : Photographie (Page 1 sur 5)

Ranger ses photos, en Python

Dans mon article précédent, pour renommer nos photos en Python, il était nécessitait d’extraire l’information de la date de prise de vue. Tant que nous avons cette information, autant essayer de faire plus que changer le nom du fichier. Et si j’en profitais pour vous montrer comment ranger automatiquement des photos ?

Comme pour le billet précédent, je ne rentre pas dans tous les détails pour l’écriture d’un programme complet car l’ensemble dépend de ce que vous voulez faire. Je vous proposerai quand même quelque chose quand j’aurai fait le tour ce ces billets.

Ce billet vous donnera des pistes pour créer un petit programme qui rangera automatiquement vos photos. Ici, vous allez donc voir comment déplacer chaque photo dans un répertoire année.

Lire la suite

Renommer ses photos en masse… en Python

Ou comment découvrir que des notions en programmation peuvent vous faciliter le quotidien…

Mais on va quand même éviter toute confusion : si vous cherchez une mise en œuvre plus simple que mon précédent article Renommer ses photos en masse avec Exiftool, ça ne va pas être le cas… Ici, je vais vous montrer comment faire plein de choses que Exiftool fait pour vous. Pourquoi réécrire ce que fait Exiftool ? Simplement pour pouvoir faire plus que ce que vous propose ce logiciel. Pour cela, le contenu de cet article est à voir comme une première étape.

Cet article n’a pas non plus pour but d’initier un néophyte à la programmation. Je pense avoir rendu les grandes lignes accessibles pour que vous puissiez voir ce que l’on peut faire et peut-être éveiller votre intérêt. Si vous avez déjà des notions, l’exemple ci-dessous n’est pas un exemple complet clef-en-main. Je vous proposerai prochainement des sources exécutables, mais gardez à l’esprit que si vous avez la possibilité de donner vous même des instructions à votre ordinateur, c’est pour adapter l’exécution à votre besoin.

Lire la suite

Importer vos albums dans Apple Photos

Lorsque vous débutez avec Apple Photos, vous avez certainement déjà une collection de photos organisée sur votre gestionnaire de fichiers. En général, vous avez un répertoire racine comprenant des répertoires représentant les années et des sous répertoires représentant des évènements. Ces évènements sont en quelque sorte vos albums.

Vous souhaitez bien évidemment retrouver ces albums en important vos photos dans Apple Photos. C’est le comportement auquel étaient habitués ceux qui utilisaient Picasa et qui cherchent une alternative depuis que Google a annoncé son arrêt.

Nous souhaitons retrouver nos répertoires du Finder en tant qu'albums dans Photos.

Nous souhaitons retrouver nos répertoires du Finder en tant qu’albums dans Photos.

Mais voilà, si vous pouvez indiquer une arborescence (un répertoire contenant potentiellement lui-même des répertoires) contenant des photos. Apple Photos importera toutes les photos contenues dans cette arborescence mais ne retiendra aucune information sur cette structure. Vous pouvez chercher dans toutes les options, il n’y en a aucune qui force Photos à créer des albums à partir des répertoires. Vous pouvez parcourir tous les forums, la question revient souvent et non, il n’y a pas de solution.

Mais vous vous doutez bien que si je vous ai écris un billet, c’est que si, il y a une solution. Si vous ne l’avez pas trouvé, c’est qu’elle n’est pas à chercher du coté de Photos mais du coté d’une autre fonctionnalité sur Mac OS/Os X : AppleScript. Pour vous expliquer pourquoi

Sachez que cet article est écrit pour les lecteurs les plus néophytes des différents outils. Si vous êtes à l’aise et que vous souhaitez juste importer vos photos, allez à la partie.

Lire la suite

La bonne pratique pour retrouver ses photos par date

Vous êtes nombreux à ranger vos photos dans une arborescence sur le système de fichier. Même en utilisant un logiciel comme Photos, vous n’avez pas toujours confiance pour lui déléguer complètement la gestion de vos précieux souvenirs. Et puis, en les rangeant dans une arborescence de fichiers, vous pouvez y accéder indépendamment de n’importe quel logiciel. Je dis vous, mais c’est aussi exactement ce que je fais.

La plupart du temps, vous retrouvez vos photos par ordre chronologique, vous souhaitez donc préserver cet ordre dans votre gestionnaire de fichiers. Mais des fois, ça ne marche pas… Pour diverses raisons, les dates de création du fichier ne sont pas conservées…

Que ce soit dans un gestionnaire de photos ou le gestionnaire de fichiers, vous souhaitez retrouver vos photos ordonnées de la même manière.

Que ce soit dans un gestionnaire de photos ou le gestionnaire de fichiers, vous souhaitez retrouver vos photos ordonnées de la même manière.

Là en général, vous partez à l’assaut des forums pour essayer de trouver comment changer la date de création du fichier et la remettre à la bonne date, celle de la prise de vue. Je vais être direct : c’est une très mauvaise démarche et il est temps de clarifier les choses.

Lire la suite

Prise en main d’Affinity Photo

Logo Affinity PhotoJ’avais entendu parler avec beaucoup de bien de ce logiciel de traitement d’image. Affinity Photo vient d’être consacré app de l’année dans les Best Of 2015 de l’App Store. Disponible temporairement avec une réduction de 20 % (soit pour 39,99 €) a été une motivation suffisante pour essayer ce logiciel.

Affinity Photo est considéré par ceux qui l’ont essayé comme le Photoshop-Killer. Il propose des fonctions au moins équivalentes pour un prix bien plus attractif. En tant que photographe, les fonctions les plus importantes sont celles liées au développement. Depuis Aperture et Lightroom, elles sont combinées avec le logiciel de gestion de catalogue, de ce fait, ne faisant pas de retouches, je n’ai jamais jugé utile d’investir dans un Photoshop hors de prix, préférant rester sur GIMP. Mais celui-ci a ses défauts et dans certains cas, un logiciel plus moderne est nécessaire. Et Affinity Photo semble être la meilleur réponse à ce besoin.

Lire la suite

La photo animalière avec le Kid

Ce dimanche, malgré un temps grisâtre, nous nous sommes tout de même réveillés aux aurores pour aller en forêt et initier Kid 1.7 à la chasse. Pour cela, j’ai accepté de lui prêter mon vieux matériel, suffisamment léger pour ses petites mains. Dans nos viseurs, des cerfs, des sangliers mais aussi des daims et des rapaces.

Un cerf dans la foret sauvage de l'Espace Rambouillet.

Un cerf dans la foret sauvage de l’Espace Rambouillet. (D.Stankovski)

J’ignorais si à 7 ans il pourrait avoir la patience de débusquer l’animal et la discrétion de l’approcher pour l’avoir à portée. Au final, la réponse est oui et il n’attend que de recommencer.

Lire la suite

Petite visite dans le monde du Cosplay

En tant que photographe, je ne me suis intéressé au monde du Cosplay que très récemment. Mais vous avez pu voir sur ma page Facebook Art of Dad que c’est un domaine qui m’inspire beaucoup. Il faut dire que ce monde si on est passionné de science-fiction, fantastique, médiéval-fantastique… Enfin, n’importe quel genre de l’imaginaire, il y a de quoi trouver son bonheur.

Gandalf présente la clef d'Erebor à Thorin, au salon Geekopolis (D.Stankovski)

Gandalf présente la clef d’Erebor à Thorin, au salon Geekopolis (D.Stankovski)

Comme je me doute que certains d’entre vous ne connaissent pas spécialement cette activité, je me suis décidé à vous écrire cet article.  Lorsque vous voyez des photos des évènements comme la Japan Expo, vous voyez du Cosplay. Qu’est ce que donc le Cosplay pour le néophyte ?

Lire la suite

Google Photos, les limites de la reconnaissance automatique

Il y a actuellement un bug qui est en train de faire une très mauvaise publicité au service Google Photos. Google Photos est disponible depuis son annonce le 28 mai dernier. Un des points fort de ce service est l’identification automatique du contenu des photos qui conduit à un étiquetage automatique. Mais le 29 juin dernier, cet étiquetage automatique a eu un petit accroc…

L’analyse d’image de Google a en effet associé à un portrait l’étiquette Gorille. Si l’affaire fait grand bruit, c’est aussi parce qu’il s’agit de deux personnes Noires. Ceci fait qu’on parle déjà de gaffe raciste

Bien sûr, Google a réagit très rapidement par la voix de Yonatan Zunger, un des responsable du projet. Celui-ci a évidemment déclaré que ceci n’était pas correct et des mesures ont été prises.

Je ne m’étendrai pas sur ce cas en particulier, des erreurs de ce type, il y en a déjà eu beaucoup Des personnes de dos ont ainsi été identifiés comme des chiens ou des chevaux car le logiciel reconnaissait une boule de poils… Les analyses ne sont jamais parfaites et les corrections sont faites. Ce cas qui aura eu l’intérêt de faire du bruit met en évidence le défaut de la simplification et automatisation à l’extrême.

Lire la suite

L’oeil du photographe : savoir prendre du recule et changer de perspective

Lors d’un spectacle, notre attention est attirée par les acteurs. En conséquence, un piège pour le photographe est de ne pas prendre du recul pour voir l’ensemble de la scène où ces acteurs ne sont qu’une infime partie.

Au second gala d’escrime artistique de l’USIvry, un tableau en particulier pouvait être un piège de ce type. Le Jardin des ombres est très dépouillé, sans décor. Il met en scène deux danseuses, la première est tout de vert vêtue, la seconde, tout en noir. Rapidement, on identifie la seconde comme l’ombre de la première. Une ombre à la Peter Pan, rapidement, les mouvements ne sont plus synchronisés et l’affrontement commence.

La danseuse et son ombre

La danseuse et son ombre dans le Jardin des Ombres (D.Stankovski)

Comme pour tous les autres tableaux, l’attention est attirée sur les acteurs, sur leur jeu de scène, sur leurs mouvements. Pour un photographe, ils sont le sujet. Pour le cadrage de ses photos, il favorisera l’image ci-dessus.

Pourtant, juste avant cette présentation, l’éclairage a changé…

L’éclairage ne vient plus par le dessus de la scène. Les spots au raz du sol à l’avant de la scène ont pris le relais. Ceux-ci projettent alors des ombres démesurées sur les grand rideau blanc. Si les acteurs ont toujours des mouvements précis, le champ s’est élargi à toute la scène. L’image d’ensemble, la voici ci-dessous.

La danseuse et les ombres

La danseuse et les ombres dans le jardin des ombres (D.Stankovski)

Ainsi, le duel entre ombre et lumière ne se déroulera pas que sur scène. Il y aura le duel des escrimeurs et celui des ombres. En tant que photographe, on a le choix entre se focaliser sur les acteurs pour valoriser les expressions et les mouvements ou cadrer large pour saisir l’ensemble de la scène.

Le duel des ombres

Le duel des ombres dans le jardin… des ombres (D.Stankovski)

En ayant son oeil dans l’oeilleton, le photographe peut très rapidement négliger la vue d’ensemble du spectacle auquel il assiste. Il est donc très important de savoir prendre un peu de recul et de cette nouvelle vision d’ensemble, pouvoir choisir le meilleur cadrage.

Geekopolis : Gandalf, Thorin et la quête d’Erebor

Pour cette première billet de photos de Geekopolis, je vous propose la Terre du Milieu et deux vues d’une même mise en scène.

Au milieu de ce monde très éclectique, j’ai donc croisé Gandalf et Thorin. Les habitués connaissent depuis le temps le costume de Gandalf de Pascal Sergent, mais un duo avec Thorin était une occasion qui ne de manquait pas. Mon intention était donc d’avoir un portrait de Gandalf et Thorin. Mais Pascal avait un accessoire surprise : la Clef d’Erebor. Cet accessoire allait permettre de mettre en scène la présentation de la clef, à peu près comme dans le premier épisode du Hobbit.

Gandalf et Thorin

Gandalf et Thorin, la clef d’Erebor (D.Stankovski)

Ce cliché est celui que je retiens car il contient les deux éléments que je voulais : la clef, mais surtout Thorin. Mais en choisissant les photos, j’ai relevé un détail amusant dans le premier cadrage de cette courte série.

La clef d'Erebor

Gandalf présente la Clef d’Erebor (D.Stankovski)

Bien que mettant en valeur la clef d’Erebor, cette photo me convient moins car on ne voit pas Thorin. Les affiches du Tardis en fond font un peu anachronique, j’en avais conscience, mais restaient assez amusantes. Jusqu’à ce que je vois le contenu. Ce petit « Lesson No 4: Reveal her dark side« . Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec le destin de Thorin et la malédiction de L’Arkenstone. D’un certain coté, c’est cette clef qui le conduira à révéler son coté sombre. Ce fond n’était donc pas idéal pour une photo MedFan, mais il cachait finalement un détail intéressant.

Je ne peux conclure qu’en ajoutant que si vous ne connaissez l’univers du Hobbit que via la dernière La trilogie de Peter Jackson, n’hésitez pas à vous procurer The Hobbit, le livre qui est assez court et se lit très facilement, même en anglais.

Passionnés par le Cosplay ? Vous pouvez vous abonner à ma liste Facebook de Cosplayers ou à mon tableau Pinterest :

Follow Darko Stankovski’s board Style : Cosplay Various on Pinterest.

Page 1 sur 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

En naviguant sur Dad 3.0, vous acceptez l’utilisation de cookies pour une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Plus d'informations

Le blog Dad 3.0 utilise les cookies pour vous permettre une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visite. Dad 3.0 affichant des publicités, celles-si utilisent également des cookies pour un ciblage publicitaire. En continuant la navigation sur Dad 3.0, vous acceptez le dépôt et la lecture de cookies.

Fermer