La diffusion de la bande annonce de The Hobbit a un peu secoué le web lors de sa diffusion. Attendu par certains, découvert par d’autres, elle a su présenter un film qui sait se faire attendre. Construite avec maîtrise du sujet, le chant des nains sonne le passage de l’introduction du film à la présentation du contenu de l’aventure. Ce chant a suscité intérêt et curiosité. Je ne diffuserai évidemment pas cette bande son ici, mais allons-y pour quelques informations.

Dans le premier chapitre de The Hobbit (Bilbo le Hobbit), Bilbo croise le chemin de Gandalf venu le chercher pour partir à l’Aventure. Evidemment, un Hobbit n’aime pas l’aventure, et c’est en essayant de couper court à la discussion, que Bilbo invite malgré lui Gandalf à prendre le thé le lendemain. Et c’est ainsi que le Hobbit se retrouve avec 13 nains dans sa demeure, car l’aventure en question n’était pas à l’initiative de Gandalf mais de Thorin Oakenshield. Ceux-ci souhaitent récupérer leurs trésors, gardés par le Dragon Smaug depuis qu’il conquis leur foyer, Erebor.

Les nains étaient donc venus discuter de leur sombre projet. Mais les nains ne sont pas de simples êtres bourrus tel que nous les représentons aujourd’hui dans les jeux de rôle. Ce sont de bon vivants et des êtres cultivés sachant mettre de coté leurs discussions sur la mine pour chanter accompagnés de leurs instruments. J.R.R. Tolkien n’écrivit pas que des romans, il a quelques poèmes à son actif, et il a su faire appel à cet art pour rythmer ses récits. Ce chant grave est donc bien présent dans le livre. Thorin invite ainsi ses compagnons au chant, un chant assez long dont seul un, en fait deux extraits sont remontés dans la bande annonce. La bande annonce enchaine après les deux premiers vers le septième couplet. L’extrait est donc le suivant :

Far over the misty mountains cold
To dungeons deep and caverns old
[…]
The pines were roaring on the height,
The winds were moaning in the night.
The fire was red, it flaming spread;
The trees like torches biased with light,

– J.R.R. Tolkien, The Hobbit.

Dans la construction de la bande annonce, ce chant permet de rebondir sur la partie instrumentale et une note plus épique à l’image des bandes annonces du Seigneur des Anneaux. Elle marque la transition entre la présentation du contexte (Gandalf venu chercher Bilbo et lui présentant les nains) et le contenu de l’histoire, l’aventure en elle même. Mais l’ambiance de ce chant est légèrement différent par rapport au livre. Dans le livre, entre leur repas et la présentation de leur plan, Thorin laisse place à de la musique. Avant de chanter, les nains sortent ainsi toute sorte d’instruments, Thorin jouant lui-même de la harpe. Le chant vient après, comme une continuité de leur activité artistique. On ignore qui chante quoi, un premier commence, un second l’accompagne. L’ambiance a l’aire bien différente et même si on comprend un chant grave, moi même je ne me le représentais pas comme cela.

Lorsqu’on lit le poème, on se rend compte que ce chant a une grande importance dans le récit : il permet de présenter la demeure des nains, et surtout de présenter leur situation actuelle et la raison de leur quête. Ces détails ne transparaissent pas dans la bande annonce, vu la longueur, c’est normal. Les fans souhaiteront peut être entendre ce chant en entier et on peut espérer que ce sera le cas. Balin se lève comme pour enchaîner après les deux premiers vers, mais le montage présente Bofur enchaîner sur le septième couplet. On peut donc bien espérer que dans le film, le chant sera plus complet. Après tout, plus que 11 mois à attendre… Mais si vous êtes impatients, il suffit de consulter l’article sur la bande originale.

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.