Le Salon Fantastique ouvrira ses portes pour sa quatrième édition ce vendredi 26 février. Cette année, les dates coïncident malheureusement avec les vacances d’hiver ce qui fait que cette édition sera sans moi. Mais quelques jours avant ce salon, Guillaume Besançon, son organisateur, a bien voulu m’accorder une petite interview. L’occasion de revenir sur ce salon, sa passion pour le jeu de rôle et l’imaginaire.

Guillaume Besançon (G. Rebel)

Guillaume Besançon (G. Rebel)

Guillaume Besançon, qui se définit lui-même comme un Joueur Geek, m’a ainsi reçu entre deux coups de fil de son vrai travail. Aussi étrange que cela puisse paraître, ses implications dans l’imaginaire et le Fantastique relèvent plus du hobby et du bénévolat. Et il s’investit : président de l’association Promenons nous dans les Bois, créateur du magazine Jeu de Rôle Magazine, de jeux de société et donc organisateur du Salon Fantastique…

Avec autant d’activités, pourquoi le Salon Fantastique ? Simplement parce qu’il n’existait pas d’événement sur Paris rassemblant autour des thèmes de l’imaginaire, du fantastique et de la littérature.

Le Salon Fantastique

Salon Fantastique marchand liqueurs

Oserez-vous gouter les mixtures présentes au Salon Fantastique ? (D.Stankovski)

La première édition a pu voir le jour avec l’aide de Joël Garcia, bien connu pour son organisation d’exposition sur Paris. Elle a pris place sous un chapiteau sur les Champs Élysées et s’est révélé être un succès immédiat. À partir de l’année suivante, l’événement partagera l’espace Champerret avec le Salon du Livre Ancien. Ces deux salon s’associent très bien car le Salon Fantastique est très marqué par la littérature, ce qui m’avait marqué lors de la seconde édition. Dans ce post, j’avais introduit ce salon comme un Babylon 5 avant l’heure et pour Guillaume, c’est exactement ça. Organisé par des bénévoles, en minimisant les contraintes budgétaires, il est finalement fait par les exposants et les visiteurs. Il est autant une lieu où les amateurs de fantastique peuvent s’exprimer mais également où les les plus petits exposants peuvent trouver leur public.

Une bonne nouvelle pour cette quatrième édition, le salon aura deux scènes dont au moins une aura un décor. Une bonne réponse à la critique du Concours d’Élégance l’an dernier (vous pouvez voir sur les photos des différents posts) et un regret pour ma part de ne pas pouvoir faire les photos 🙂

L’imaginaire, le jeu de rôle et les Kidz

Une expression accessible à tous de l’imaginaire, c’est le jeu de rôle. Le Salon Fantastique est un endroit où vous pouvez découvrir cette activité. Une quinzaine de tables seront disponibles mais sachez qu’elles sont très vite occupées. Ce sera aussi une occasion pour les anciens rôlistes de retourner faire quelques aventures. En effet, beaucoup d’entre nous qui avons évolué dans nos vies ne pratiquons plus ce loisir faute de temps ou du fait de la dissolution du groupe avec lequel nous avions nos affinités.

Et puis, certains d’entre nous ont également d’autres priorités, oui je pense à nos Kidz. De Dad à papa, Guillaume m’a expliqué comment il a adapté son expérience du jeu de rôle à ses enfants. Sur une idée de Cédric B. publiée dans Jeu de Rôle Magazine, le jeu de rôle a remplacé l’histoire du soir. Au lieu d’être les auditeurs passifs d’une histoire, ses enfants en sont devenus les acteurs. L’ambition est ainsi de se servir du jeu de rôle comme un outil pédagogique. Après tout, comment leur avez vous appris par exemple leur adresse ? Et bien pour Guillaume, ce sera l’aventure d’une princesse perdue. L’aspect ludique marquera plus que répéter quelque chose sans en comprendre l’intérêt. Dans leurs aventures, un personnage reprendra les bêtises qu’ils ont faites ou les anticipera afin de les y confronter et inverser les rôles.

Bien sûr, cette histoire doit aller vers un Happy End, après tout, il faut préparer les enfants au coucher. Bien sûr, il y a eu quelques couacs, les Gobelins ont entrainés quelques cauchemars, il faudra donc faire un peu attention à ce qui est raconté.

L'imaginaire et la créativité s'entretiennent aussi en famille au Salon Fantastique où on chasse les fantômes en vapeur (D.Stankovski)

L’imaginaire et la créativité s’entretiennent aussi en famille au Salon Fantastique où on chasse les fantômes en vapeur (D.Stankovski)

Personnellement, j’ai trouvé cette idée intéressante et je partage l’avis de Guillaume sur le fait qu’au delà de faire travailler l’imagination, cela permet aussi de faire travailler la réflexion et la capacité de résoudre les petits problèmes de la vie courante. D’après Guillaume, c’est aussi une manière de ressouder la fratrie, ça, il faudra que j’attente la prochaine mise à jour de Kid 2.2.

Ce soir, essayez donc « Vous êtes des animaux dans la forêt, la nuit tombe et vous allez vous coucher. Le lendemain, vous vous réveillez et tout est blanc… » et laissez les réagir.

Ses projets

Avant de nous quitter, Guillaume m’a parlé de ses projets en cours.

D’abord, un nouveau jeu de société actuellement en test. Sous le nom provisoire de La Colère du Dragon, c’est un jeu de société transgénérationnel développé en association avec Plastoy connu pour ses figurines plastique. Le jeu se voudra donc être accessible aux enfants.

L’autre projet est une app pour Android, Athéna. Celle-ci sera lancée lors du Salon Fantastique et Athéna pourra vous informer sur les évènements en cours. Pour profiter pleinement de l’app sur le salon, anticipez et récupérez la avant.

Merci à Guillaume Besançon pour le temps qu’il m’a accordé. Vous pouvez le suivre via son profil Facebook.

Pour plus d’information sur le Salon Fantastique, c’est sur le site ou en suivant leur page Facebook ainsi que mon album sur Facebook.

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.