Vous êtes un développeur, vous avez une idée d’application que vous souhaitez publier. Vous avez prévu d’une manière ou d’une autre de la financer, mais cela ne vous suffit pas. Vous souhaitez rentabiliser ce développement. Quelle est donc la stratégie à adopter ? Y a il une plate-forme de choix ? Quel mode de financement choisir ?

En fait… Vous posez vous les bonnes questions ?

La question de la rentabilité.

Tout d’abord rappelons la définition du principal terme qui nous intéresse : la rentabilité. La rentabilité est le rapport entre le revenu et les ressources employés pour l’obtenir. Si nous souhaitons quantifier cette rentabilité, il va falloir quantifier les ressources employées pour l’obtenir. La ressource la plus sous-évaluée est le temps passé au développement. Si nous prenons un indépendant qui facture sa journée 350 €, et si celui-ci passe 10 jours à développer une app, ce développement a un coût de 3500 €. Le même à 450 €, on monte à 4500 €. Je resterai sur le premier coût pour ne pas démoraliser certains lecteurs.

Il faut ensuite ajouter les coûts annexes qui sont en général plus évidents mais sur-évalués. Pour développer, il faut un ordinateur, des logiciels, du café. Il faut aussi s’inscrire au programme développeur des places de marché. Habituellement, ces coûts sont sur-évalués car imputés totalement au projet. Dans les faits, il faut les pondérer par l’utilisation effective. Arbitrairement, ajoutons 500 €.

Ainsi, dans ces conditions, les ressources employées à réaliser l’app ont un coût de 4000 €. Lorsqu’on se pose la question de rentabiliser son développement, on se pose en fait la question de franchir le seuil de rentabilité, c’est à dire éviter de perdre de l’argent. Dans la pratique, pour notre cas, cela signifie générer un revenu minimum de 4000 €.

Objectif de rentabilité.

Si vous vous démandez si le développement d’une application mobile est rentable, on peut déjà répondre que vous vous posez la mauvaise question. Il faut aller plus moins et définir ce que vous attendez de la notion de rentabilité. Est-ce simplement d’avoir un retour sur l’investissement ou de devenir rentier ? Dans tous les cas, se contenter de publier son développement ne suffit pas. Il faut en effet que :

  • Le publique s’intéresse à votre application.
  • Le publique installe votre application (et la conserve).
  • Le volume d’installation ou d’utilisation permette de générer un revenu suffisant.

Quelles sont les difficultés pour arriver à ces objectifs :

  • Il faut que le publique connaisse votre application.
  • Il faut que le publique trouve un intérêt dans votre application.
  • Il faut que l’utilisation de l’application génère un revenu.

Il faut donc d’une part penser au mode de financement, mais aussi à promouvoir l’application. Car si le développeur qui se lance dans la publication d’une application s’affranchit des contraintes tel que le service marketing, il s’ajoute la responsabilité de la gestion de celui-ci.

Ainsi, penser à une application révolutionnaire sans penser comment les utilisateurs y accèderont est la meilleur démarche pour se prémunir du succès, donc ne pas être rentable. Avec un objectif de développement d’une application rentable, vous vous mettez dans une logique de développement d’un produit (ou service), donc vous devez appliquer toutes les règles du démarrage d’une Start Up.

L’objectif ne doit plus être de développer un produit techniquement idéal et complet mais de partager ce temps entre le développement d’un produit fonctionnel et la promotion de cette application. Site web, blog, réseaux sociaux, proximité… Toutes les méthodes sont bonnes pour cette promotion et à portée de la main. La conséquence sera donc un produit qui ne sera pas parfait, mais un produit parfait qui n’est pas rentable dans ce contexte n’est pas par définition parfait.

Car après avoir fait la promotion de l’application, il faut évaluer son accueil, son usage, la fidélisation des utilisateurs. En fonction de ces information, il est possible qu’il faudra modifier l’application car ce n’est qu’avec le retour utilisateur qu’il sera possible de réaliser l’application la plus adaptée, donc la plus attractive.

Réévaluation de la rentabilité

On peut donc revenir sur la notion de rentabilité et l’investissement initial. L’investissement initial ne se résume donc pas aux coûts de production de l’application. Il faut aussi prendre en comte tout le coût lié à la promotion que ce soit en temps ou en tout ce que vous jugerez utile : hébergement de blog, nom de domaine, voir régie publicitaire… L’investissement initial peut alors vite passer de 4000 à 10000 € pour une application développée en 10 jours. À 1 € l’app, il faudra en vendre plus de 14000 (vous ne touchez que 70 % du prix de vente). En toute logique, il faudrait encore prendre en compte les taxes applicables…

Mais le calcule ne devrait pas s’arrêter là. Toucher 20000 utilisateurs ne se fait pas dans la semaine. Le suivi de l’application, les correctifs, les améliorations… Toutes ces actions ont aussi leur coût qu’il faudra prendre en compte.

Des plates-formes plus attractives que d’autres ?

Il s’agit certainement de la question que tout le monde attends. Quelle plate-forme est la plus attractive ? IOs ? Android ?

De nombreuses études et publications ont longtemps démontré que iOs est une plate-forme bien plus rentable qu’Android. Dans la pratique, il s’agit d’une évaluation macroscopique. Il ne sert à rien de cibler iOs considéré comme la plate-forme la plus rentable si la population d’utilisateurs potentiel est équipée en Android. Si l’idée peut être rentabilisée, il vaut mieux la réaliser pour la plate-forme pour laquelle on bénéficie des meilleurs ressources afin de calibrer le produit à moindre coût et évaluer le terrain.

Conclusion

Développer une application et la publier sur une des places de marché existantes est facile. Trouver quelques utilisateurs, aussi. Financer l’application, c’est à dire en dégager un certain revenu est tout à fait envisageable. Rentabiliser ce développement et espérer vivre, sauf exception, est un travail en soi. Si les places de marché d’applications offrent la possibilité de réduire les intermédiaires entre le développeur et l’utilisateur, elles concentrent tous les postes de l’editeur sur la même personne (ou groupe de personnes). Se poser la question de la rentabilisation d’un développement d’application signifie surtout se poser la question de la rentabilité de son idée. Si la question est de savoir si en publiant l’application le développeur pourra devenir rentier, la réponse est non. Dans tous les autres cas, il faut considérer la démarches comme pour lancer une entreprise.

À propos de... Darko Stankovski

iT guy, photographe et papa 3.0, je vous fais partager mon expérience et découvertes dans ces domaines. Vous pouvez me suivre sur les liens ci-dessous.